L’écriture magnifiée

La dimension narrative, l’interrogation sur le geste et la temporalité de l’écrit, la proximité millénaire du texte au dessin, l’inscription dans la mémoire et l’histoire sont des thèmes qui traversent son œuvre. Formé par son père, archéologue amateur, à la lecture des textes grecs et latins, initié à l’écriture par le grand dramaturge allemand Heiner Müller, Dominik Barbier écrit pour ses créations des textes originaux ou inspirés de l’antique, dans la recherche d’une forme poétique conçue pour la projection sur le mur.
(« L’écriture magnifiée », Nero Davola – 2016 )

Les textes de nos scénographies sont écrits à partir de recherches approfondies
ou adaptés à partir d’un livret commandé à des historiens
pour les grands projets historiques (La Révolution Française, la peste à Marseille,
les origines du cinéma, les origines de l’écriture etc..).
Mais l’iconographie et la musique sont tout autant que le texte,
les éléments fondateurs qui nourrissent l’imaginaire
d’un récit spectaculaire.